Élections municipales 2018 – Une démarche citoyenne inédite pour des résultats avant l’heure

L’ambiance des élections tunisiennes post 2011 est unique. Un foisonnement avant, de l’excitation pendant et, souvent, une forme de désenchantement à la fin. Trois signes d’un processus démocratique en pleine construction qui ne cesse de donner des indices de maturité.

Les élections municipales de 2018 ont pâti, en terme d’organisation, des instabilités profondes qu’a connues l’Isie et du boycott des médias qui ont minimisé leur impact. Dans ce contexte peu favorable, vu la grande prudence (et aussi le manque d’ouverture) de la publication de données par l’Isie et le faible appétit de certains médias pour autre chose que des sondages (dont la méthode et la formalisation des résultats laissent à désirer), une initiative citoyenne, collaborative et facile d’accès, nous est apparue comme une évidence. Nous savions cela réalisable et avions d’autant plus confiance en la qualité des données crowdsourcées que plusieurs de nos membres l’avaient déjà expérimenté en 2014 pour la répartition des suffrages des premier et second tours de la présidentielle et des législatives.

Une initiative collaborative, en Tunisie et au-delà !

Cette initiative est plutôt simple : un tableau exhaustif des municipalités avec des lignes à remplir, publié sur les bons réseaux sociaux, avec un appel à contribution et le tour est joué. La magie de la “sociocratie” a commencé à opérer. Comme quoi, il suffit parfois d’une idée a priori impossible pour bâtir un projet unanimement utilisé et applaudi pour son caractère indispensable.

Des bénévoles se sont portés volontaires pour participer et se sont organisés pour renseigner les champs. Par la suite, des démarches se sont greffées sur l’idée du seul tableau crowdsourcé et open data de ces municipales, comme la carte interactive de (l’incontournable) Nabil Majoul (Targa Consult), qui s’est coloriée au fur et à mesure du remplissage du tableau.

Résultats des élections municipales 2018 : 155 municipalités sur 350

Résultats des élections municipales 2018 : 155 municipalités sur 350

Rien n’a arrêté les contributeurs motivés et mobilisés pour cet effort collectif. Même tard dans la nuit, un bataillon d’inconnus avançait vers une cible commune démontrant ainsi que l’action collective peut être plus efficace que l’approche verticale et descendante. Même dans les transports en commun, les contributeurs ont continué à surveiller les annonces des médias, de l’Isie ou des membres des bureaux, pour remplir une à une les cases des listes de chacune des 350 municipalités.

La fébrilité de l’album Panini en cours de complétion

Cette excitation rappelle la collecte des autocollants Panini lors de la CAF ou de la Coupe du Monde. Des cases vides étaient remplies au fur et à mesure, au gré des données collectées, comme si on ouvrait une pochette surprise. Parfois, il manquait une ou deux municipalités pour compléter les résultats d’un gouvernorat, afin que la carte ne comporte plus de case grise. Un nouvel appel à contribution est alors fait ici pour motiver les citoyens à colorier les municipalités manquantes et, ainsi, valider la case de la circonscription. Plus nous approchions du but, plus la grinta de finir « l’album » s’amplifiait !

L’animation de la communauté des contributeurs

En parallèle de tout ce travail de collecte, nous tweetions de temps à autre dès qu’on atteignait un palier de référence.

Plusieurs de ces tweets ont été repris, détournés, commentés. Il faut avouer que la carte de la Tunisie qui se colore de plus en plus est fascinante ! Les pourcentages d’avancement et le comptage des municipales semblent avoir tenu beaucoup de nos followers en haleine.

 

Le sourire inspiré par les noms des listes

Ce qui est vraiment extraordinaire avec cette aventure, c’est que nous naviguions ensemble sur les routes de la Tunisie. Entre Baten El Ghzel à Sidi Bouzid, Cherahil à Monastir, Jemna à Kebili et Ariana, nous sillonnions les contrées les plus connues ou les plus reculées de notre chère Tunisie.

Chemin faisant, nous avons découvert la richesse des noms de listes indépendantes et la créativité des candidats dans chacune des 350 municipalités : il y en a des insolites « فبحیث المستقبل لكندار », c’est-à-dire « Et ainsi soit l’avenir de Kondar », ou encore « لا… نعم », c’est-à-dire « Non… Si ! », des provocatrices « فك بلاصتك », c’est-à-dire « Empare-toi de la place qui te revient » et des minimalistes « كلنا [insérer nom de la municipalité] », c’est-à-dire « Nous sommes tous [municipalité] ».

 

Toutes reflètent l’attachement des candidats à leur localité et insistent sur les engagements qu’ils prennent pour être élus. Cette carte est telle une mosaïque : irrégulière, colorée et unique. Elle est à l’image de la Tunisie, bien plus vite que les Cassandre voudraient nous le faire croire.

La satisfaction du travail en équipe bien fait

Bien évidemment, ce travail collaboratif a été initié par une (le premier est un membre des Cahiers de la Liberté), puis deux et vite trois, quatre et cinq personnes. La communauté OpenGovTn, emmenée par Hatem Ben Yacoub, s’est engagée et ce sont finalement des dizaines de volontaires mobilisés des heures durant qui ont fait avancer ce projet. Ces citoyens se sont retrouvés embarqués dans ce projet alors que la plupart ne se sont jamais rencontrés en vrai. Il faut rappeler que, sans les contributions ponctuelles des citoyens, nous n’aurions jamais pu arriver à un tel résultat en si peu de temps. Au pic de l’activité, nous étions plus d’une centaine en même temps sur le fichier.

Autant de contributeurs, sur un fichier éditable par tous, peut sembler un risque démesuré. Plusieurs règles de base ont permis de garantir la stabilité du tableau, en réduisant à néant les rares tentatives des personnes malintentionnées. Aucun acte de vandalisme majeur n’a été relevé. Cela conforte l’ambiance apaisée et bienveillante des personnes en quête de transparence des données au service de la démocratie.

La médiatisation de la démarche

Un tel remue-méninges, alors que la frustration est palpable parmi ceux qui ne peuvent qu’attendre les annonces de l’Isie, attire forcément l’attention des médias. Un article dans le HuffPost, une prise de contact avec un animateur vedette de la radio ExpressFm, 5 min d’interview live et tout est expliqué, clarifié et remis en contexte. L’effort collectif sera ajusté avec les résultats officiels de l’Isie, qui aura à gérer les recours et les scrutins à refaire. Nos résultats, comme le rappelle Nabil Majoul sur ExpressFm au nom de tous les contributeurs, ont pour ambition d’être à la fois ouverts, disponibles, complets et visuels.

Publierons-nous avant l’Isie ?

La consécration est totale dès lors qu’une carte complètement colorée est disponible avant même l’annonce des résultats préliminaires par l’Isie. Ce résultat démontre, par une expérience grandeur nature, que l’effort de quelques volontaires suffit à construire une infrastructure informationnelle d’intérêt général, complémentaire de l’action des pouvoirs publics.

La révolution de 2011 a rendu possible des aventures telle que celle que nous avons retracée : élections libres, observateurs indépendants, collecte citoyenne des résultats. Une démarche collaborative, accessible et apaisée malgré l’enjeu, avec une volonté de transparence et d’ouverture totales. La société civile porteuse de cet effort collectif donne la preuve d’une maturité qui encourage l’engagement citoyen, comme alternative à la critique automatique du système.

 

Résultats des élections municipales 2018 : 350 municipalités sur 350

 

 

One thought on “Élections municipales 2018 – Une démarche citoyenne inédite pour des résultats avant l’heure

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.