Élections présidentielles – Retour sur le fact checking du débat du 6 septembre

Le 6 septembre, à Paris, l’association Tunisian Think Tank a organisé un débat entre candidats et représentants des candidats à l’élection présidentielle de 2019. À cette occasion, notre équipe de bénévoles s’est mobilisée pour assurer la vérification des propos tenus par les participants au débat.

Dans le cadre de la transition démocratique que traverse le pays, nous voulons contribuer à la responsabilisation des prétendants à la fonction présidentielle dans leur prise de parole publique. À travers cet exercice, nous souhaitons promouvoir la culture du débat, lutter contre la démagogie et rappeler aux politiciens leur devoir de vérité envers les électeurs.

Pendant le débat, nous avons relevé les affirmations factuelles et vérifiables (données chiffrées, événements passés…). Pour les vérifier, nous nous sommes principalement fondés sur des informations provenant de sources officielles ou de médias ayant partagé leur source. 

Le débat s’est déroulé en trois temps. Dans un premier temps, les candidats Moncef Marzouki et Hatem Boulabiar ont été successivement interrogés par l’animateur du débat. Deux groupes de représentants des autres candidats se sont ensuite suivis. Dans un souci de comparabilité, tous les participants ont dû répondre aux mêmes questions. Vous retrouverez dans ce billet notre analyse des propos tenus le 6 septembre. Tous les faits vérifiés sont également disponibles sur le site birrasmi.tn.

Et si notre analyse éveille la moindre remarque, n’hésitez pas à nous contacter : contact@cahiersdelaliberte.org !

Première partie du débat

Moncef Marzouki

Moncef Marzouki
Temps de parole : 19 min 33 sec
Faits vérifiables : 24 faits relevés
Faits vérifiés : 10 faits vérifiés en direct

Pendant son intervention, Moncef Marzouki s’est appuyé sur 24 faits vérifiables. Parmi eux, 5 étaient vrais ou plutôt vrais et 5 étaient faux ou plutôt faux.

Par exemple, préfigurant la mission d’une diplomatie économique, le candidat dit avoir organisé, lors de son mandat de Président de la République, des visites officielles dans 5 pays d’Afrique accompagné d’entreprises tunisiennes. Nous avons retrouvé la trace de 4 de ces visites.
Sur le champ de la lutte contre la corruption, le candidat affirme avoir “quitté le pouvoir en 2011 – 2013 [sic] parce que nous nous étions attaqués à ces familles” alors même qu’il était au pouvoir jusqu’en 2014. Cette affirmation est tendancieuse parce qu’elle laisse entendre qu’il a été écarté par ces familles ou par leurs partisans. Factuellement, il a été vaincu lors du deuxième tour de l’élection présidentielle de 2014 par Béji Caid Essebsi, au suffrage universel, et rien ne laisse présager une manipulation d’ampleur du scrutin.

Retrouvez tous les faits vérifiés de ce candidat sur birrasmi.tn
Hatem Boulabiar

Hatem Boulabiar
Temps de parole : 18 min 30 sec
Faits vérifiables : 12 faits relevés
Faits vérifiés : 8 faits vérifiés en direct

Sur les 8 faits relevés pendant l’intervention de Hatem Boulabiar, nous avons vérifié 8 faits dont 6 étaient plutôt ou totalement vrais. Tous les faits cités par le candidats étaient des indicateurs économiques, qui ont pu être vérifiés auprès de sources officielles. Lors du débat organisé sur Watanya 1, il a réutilisé un certain nombre d’entre eux, ce qui laisse imaginer un travail de mémorisation de ces chiffres, à l’appui de son argumentation. Une affirmation, sur l’absence d’IDE (Investissements Directs Etrangers) en Tunisie s’est avérée fausse : selon des données publiées par la FIPA (Agence tunisienne de promotion des investissements extérieurs) en juin 2019, les IDE ont augmenté de 16,3% en avril 2019, par rapport à avril 2018. De la même manière, le manque de précision sur l’année auquel il fait référence quand il évoque le niveau de croissance nous a encouragés à classifier le fait correspondant comme plutôt faux.

Retrouvez tous les faits vérifiés de ce candidat sur birrasmi.tn

Deuxième partie du débat – Premier panel

Equipe de Mongi Rahoui
Temps de parole : 10 min 18 sec
Faits vérifiables : 9 faits relevés
Faits vérifiés : 6 faits vérifiés en direct

Lors des différentes prises de parole de Walid Tebourbi, représentant de Mongi Rahoui, nous avons relevé 9 faits vérifiables. Sur les 6 faits que nous avons réussi à vérifier en direct, tous se sont avérés totalement ou plutôt vrais. Ces affirmations portent majoritairement sur le bilan du pouvoir depuis la Révolution. Par exemple, Walid Tebourbi a pointé le nombre important de gouvernements formés depuis 2011. “Nous avons pratiquement un gouvernement différent chaque année”.  En effet, nous avons pu vérifier que lors des huit années qui ont suivi la révolution, sept gouvernements se sont succédés au pouvoir.

Le représentant de Mongi Rahoui, membre de la commission des finances à l’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP), a également affirmé qu’ “aucune sanction [n’a été prise] par rapport aux fonds qui ont été versés sur des comptes de personnalités publiques”. Après vérification, selon le ministère des relations avec les instances constitutionnelles, seuls 15 partis sur 211 ont déposé leurs états financiers en 2018.  Le décret-loi n° 2011-87 prévoit des sanctions en cas de non-respect de ces règles. Jusqu’ici, les partis n’ont reçu que des avertissements et aucune sanction n’a effectivement été appliquée.

Retrouvez tous les faits vérifiés de ce candidats sur birrasmi.tn

Equipe de Youssef Chahed
Temps de parole : 13 min 17 sec
Faits vérifiables : 18 faits relevés
Faits vérifiés : 7 faits vérifiés en direct

Nous avons compté 18 faits vérifiables dans les propos de Hela Aloulou, la représentante du candidat Youssef Chahed. Parmi les 7 que nous avons pu vérifier, 6 sont totalement ou plutôt vrai et 1 est faux.

Plusieurs affirmations vraie portaient sur la séquence politique passée. Elle a reproché la sous-utilisation de l’Institut d’études stratégiques (Ites, présidé par Neji Jellou) par le Présidence Essebsi. Elle a mis en avant le caractère positif du Startup act et déploré l’absence de majorité parlementaire.

À l’inverse, la représentante de Youssef Chahed a affirmé que l’Algérie était le premier partenaire de la Tunisie. Si de nombreux candidats ont affirmé, sur Watanya 1, qu’ils rendraient leur première visite d’État en Algérie, et si les Algériens ont plusieurs années sauvé la saison touristique, ce pays n’est pas le premier partenaire commercial de la Tunisie.

Retrouvez tous les faits vérifiés de ce candidat sur birrasmi.tn

Equipe de Abdelkrim Zbidi
Temps de parole : 14 min 3 sec
Faits vérifiables : 15 faits vérifiables
Faits vérifiés : 8 faits vérifiés en direct

Abdelkrim Zbidi était représenté par Sana Ghenima. Nous avons noté 11 faits vérifiables. Sur les 6 faits analysés, 1 est plutôt faux, 5 sont plutôt ou totalement vrais.

Par exemple, sur le thème de l’économie, plus particulièrement du développement du commerce extérieur, la représentante affirme que “L’Europe est notre premier partenaire économique” (totalement vrai) et évoque les possibilités de déploiement vers l’Afrique en donnant l’exemple des banques du Maroc : “6 ou 7 chaînes de banques marocaines se déploient dans toute l’Afrique” (plutôt vrai).

Les autres affirmations portent principalement sur le bilan du pouvoir en place : “Il y a eu des coupures d’eau pendant 3 jours, pendant l’Aïd, sur des régions entières”, “Les décisions au parlement ne se prennent pas de manière fluide ». La représentante a aussi évoqué l’évolution de la situation depuis 2011, rappelant notamment qu’ “En 2011, il n’y a pas eu de coupure d’eau ni d’électricité. L’Éducation Nationale fonctionnait”, ce qui est plutôt faux.

Retrouvez tous les faits vérifiés de ce candidat sur birrasmi.tn

Equipe de Nabil Karoui
Temps de parole : 9 min 41 sec
Faits vérifiables : 4 faits vérifiables
Faits vérifiés : 0 fait vérifié en direct

Nous avons noté 4 faits vérifiables lors de l’intervention de Lilia Bellili Manai, la représentante de Nabil Karoui. Deux de ces faits portaient sur l’arrestation de Nabil Karoui, dont elle aurait été témoin. Les informations rendues publiques ne nous paraissent pas suffisamment fiables à ce stade pour vérifier ces propos. Par exemple, nous ne disposons pas d’information permettant de garantir l’heure exacte de l’arrestation, même si des médias évoquent 17h.

Madame Bellili a affirmé que “Nabil Karoui est un prisonnier politique”. Dans le contexte politique actuel et selon l’issue des procédures judiciaires, il peut s’agir aussi bien d’un fait que d’une opinion. Dans les faits, l’arrestation a eu lieu dans un contexte électoral et après la tentative d’adopter une loi excluant toute candidature de Nabil Karoui. Pour autant, l’objet de l’inculpation des frères Karoui ne semble pas politique : le 28 juin 2019, soit bien avant la campagne (et le décès de BCE), le juge d’instruction du pôle judiciaire économique et financier a décidé le gel des avoirs et une interdiction de quitter le territoire contre Nabil et Ghazi Karoui. Ces mesures font suite à une plainte déposée plus de 5 ans plus tôt, le 14 mars 2014, par l’ONG “I Watch” devant le pôle judiciaire économique et financier contre les frère Karoui pour “suspicion de blanchiment d’argent” à travers des sociétés dont ils seraient propriétaires en Algérie, au Maroc et au Luxembourg.

D’après Amnesty international, un prisonnier politique est une personne emprisonnée pour des motifs politiques, c’est-à-dire pour s’être opposés par des actions (violentes ou non) au pouvoir en place (autoritaire ou moins) de leur pays (internationalement reconnu ou non). Ainsi, dans le cas de Nabil Karoui, les motifs de l’emprisonnement ne nous paraissent pas politiques. Que les circonstances de son emprisonnement soient politiques est alors une interprétation et non un fait vérifiable. 

Résultat de recherche d'images pour "machrou3 tounes"

Equipe de Mohsen Marzouk
Temps de parole : 12 min 42 sec
Faits vérifiables : 13 faits vérifiables
Faits vérifiés : 5 faits vérifié en direct

Mohsen Marzouk était représenté par Khawla Ben Aïcha, députée France Nord. Nous avons relevé 13 faits vérifiables, dont 5 vérifiés en direct. 4 d’entre eux étaient plutôt ou totalement vrais, notamment celui portant sur l’adoption rapide de la loi électorale.

1 fait était plutôt faux, qui portait sur la production de tabac par une entreprise publique, exception tunisienne et cubaine selon la représentante. En réalité, la Chine partage cette triste exception.

affirmations_ttt_marzouk
Retrouvez tous les faits vérifiés de ce candidat sur birrasmi.tn

Troisième partie du débat – Second panel

(en cours d’analyse)

Conclusion

Une première restitution de cette analyse a été réalisée à la fin du débat pour informer le public des temps de paroles des uns et des autres ainsi que du nombres de faits annoncés par les intervenants. Cette initiative a été saluée par le public pour qui la crédibilité du discours politique a de l’importance.

L’association Cahiers de la Liberté a pour ambition d’assurer le fact checking du débat du second tour, s’il a bien lieu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.